xxx_AJN_GrandPari(s)_18 1 / 17
xxx_Elioth_GrandParis_9 2 / 17
xxx_AJN_GrandPari(s)_17 3 / 17
xxx_AJN_GrandPari(s)_16 4 / 17
xxx_AJN_GrandPari(s)_15 5 / 17
xxx_AJN_GrandPari(s)_19 6 / 17
xxx_Elioth_GrandParis_12 7 / 17
xxx_Elioth_GrandParis_11 8 / 17
xxx_Elioth_GrandParis_10 9 / 17
xxx_Elioth_GrandParis_8 10 / 17
xxx_Elioth_GrandParis_7 11 / 17
xxx_Elioth_GrandParis_6 12 / 17
xxx_Elioth_GrandParis_5 13 / 17
xxx_Elioth_GrandParis_4 14 / 17
xxx_Elioth_GrandParis_3 15 / 17
xxx_Elioth_GrandParis_2 16 / 17
xxx_Elioth_GrandParis_13 17 / 17

xxx_AJN_GrandPari(s)_18

Le Grand Pari(s)

Au mois de Janvier 2008, le gouvernement a lancé la première phase de la mission GRAND PARIS. Un appel à idées marathon de 1 an pour proposer une vision nouvelle sur l’évolution de Paris dans les 50 prochaines années et tenter de répondre au large spectre des problématiques urbaines actuelles et futures (réseaux, mobilité, développement durable, identité culturelle, limites urbaines, …).

Elioth a eu l’opportunité de vivre cette grande aventure aux cotés de l’équipe Jean Nouvel et de proposer son approche créative, sur une vision écologique du Grand Paris. L’étude produite par Elioth fournie une description globale et exhaustive de solutions environnementales qui renforcent l’approche de chacune des neuf thématiques du projet de l’équipe Jean Nouvel.

* * *

Extrait d’une contribution d’Elioth dans Naissances et renaissances de mille et un bonheur parisien, J. Nouvel, JM Duthilleul et M Cantal-Dupart, Les éditions du Mont Boron, avril 2009, 638 pages.

Introduction au développement durable, Raphaël Ménard, p134 à 139

« Réduire l’empreinte écologique du destin métropolitain

Quelle est l’empreinte écologique de la métropole ? Par son métabolisme, la métropole absorbe et phagocyte les ressources à une échelle au minimum régionale (aliments, déchets),  sinon nationale (électricité, eau) voire continentale (énergies fossiles etc.). L’impact de son activité se lit aujourd’hui à l’échelle planétaire. Symptôme parmi d’autres de cet état de fait, l’aire du Grand Paris représente 2% du territoire national mais représente 10% des émissions de gaz à effet de serre. L’enjeu de la métropole du 21ème siècle consistera à réduire cette empreinte : rendre la densité et les usages plus sobres, installer des stratégies d’auto-production en situation métropolitaine, rendre plus soutenable le désir d’ubiquité sous-jacent à l’attrait métropolitain… En appliquant quelques éléments de notre feuille de route, ce serait l’émission de près de sept millions de tonnes de CO2 qui seraient évitées annuellement, uniquement par la mise en œuvre de stratégies urbaines simples et l’emploi de technologies disponibles.

Préparer le macro-urbain au changement climatique

Smog, pollutions et îlots de chaleur : la métropole amplifiera les dérives climatiques. Par ses dégagements de chaleur –émanations thermiques de nos automobiles[1], addition verticale des dégagements de chaleur du bâti-, par l’étroitesse et la complexité de ses vides qui limitent la pénétration des vents, les grandes conurbations produisent une intense chaleur qu’elles parviennent difficilement à dissiper. Demain, le réconfort hivernal de l’ilot de chaleur ne compensera pas l’accentuation des situations caniculaires à attendre. Comment préparer le Grand Paris au shift annoncé des températures ? Les propositions d’intervention dans les Vallées comme pour Paris Centre fournissent quelques éléments de réponse.

Repenser la place de l’automobile

Enfin, comment préparer et encourager la mutation des mobilités individuelles vers l’électrique et une « essence » d’origine renouvelable ? Les propositions faîtes thématisent l’intégration solaire en toiture pour la production d’électricité. Cette disposition est déjà viable économiquement : l’équilibre des dépenses énergétiques montrent qu’on pourrait payer notre kilowatt-heure électrique cinq à dix fois plus cher que le prix actuel avant que le coût des dépenses d’une voiture électrique rejoigne celui d’une voiture thermique : c’est à peu près le coût de production actuel d’un kilowatt-heure photovoltaïque ! L’ensemble des thèmes présentent une multitude de dispositions qui permettent de disperser l’auto-production électrique sur l’ensemble du territoire, comment autant de « fontaines » pour recharger nos futurs véhicules électriques. Le thème des Pistes propose quelques réponses. Demain, aussi, osons espérer que nos vecteurs de déplacement seront plus intenses et que nous n’occuperons plus une bonne dizaine de mètres carrés pour nos déplacements individuels… Notre intermodalité électrique (transports collectifs électriques, petites automobiles électriques, vélo à assistance électrique etc.) libérera de l’espace de voirie : quelle stratégie de reconquête urbaine ? Voir la Nation, l’Etoile et la République sans voitures : Vider Paris… »

* * *

  • Type: _polis
  • État: Etudes
  • Année: 2008
  • Ville: Paris
  • Client: Ministère de la Culture
  • Équipe: AJN+AREP+MCD
  • Prestation: Consultant développement durable et énergie