6027_Elioth_Resilis_10 1 / 5
6027_Elioth_Resilis_12 2 / 5
6027_Elioth_Resilis_13 3 / 5
6027_Elioth_Resilis_1 4 / 5
6027_Elioth_Resilis_11 5 / 5

6027_Elioth_Resilis_10

Résilis

La société urbaine est de plus en plus complexe avec ses nouveaux jeux de relations sociales, un fort degré de connectivité et ses objectifs de compétitivité. Si l’urbanité découle de l’accumulation des ressources, de la concentration des pouvoirs, de l’attractivité des territoires et de la culture, elle est aussi un vecteur de risque, dû notamment à cette concentration. Les risques exogènes, notamment ceux dus au changement climatique, augmente en milieu urbain. Ainsi les villes sont vulnérables et font face à des dangers amplifiés par l’urbanité. De plus, les risques et les dommages sont de moins en moins acceptés par les populations et les activités économiques. Alors que les villes sont supposées incarner la sécurité et le développement, les récents évènements (Katrina, Xynthia, menaces terroristes) révèlent leurs faiblesses et remettent en cause la gestion des risques.

*

Tout ceci a mené les chercheurs et les collectivités locales à exprimer de nouveaux besoins en matière de gestion des risques urbains. Définie comme la capacité d’une ville à absorber la perturbation puis à recouvrer ses fonctions, la résilience urbaine est devenue le nouveau paradigme dans les méthodes de gestion des risques, car elle permet de répondre aux enjeux identifiés plus haut. Le projet RESILIS vise précisément à développer des solutions innovantes pour l’amélioration de la résilience de la ville.

*

Dans ce projet, une des principaux objectifs est d’étudier l’impact du changement climatique au sein des régions urbaines. En effet, les conditions climatiques sont un facteur de stresse pour les bâtiments et les infrastructures. Ils sont habituellement bien adaptés au climat dans lequel ils ont été construits (par exemple : maison traditionnelle dans les pays chauds). Cependant, les changements du climat peuvent affecter le confort de vie interne et externe. Le GIEC prévoit une augmentation de la température moyenne mondiale de 1,1°C à 6,4 °C d’ici à la fin du siècle, venant à modifier la température d’équilibre de la Terre. De façon plus locale, dans la communauté urbaine en particulier, cette augmentation pourrait s’avérer d’autant plus drastique. L’albédo est une composante importante dans la quantification du forçage radiatif. L’idée de l’effet d’albédo consisterait alors à limiter localement le chauffage radiatif des villes et des infrastructures par augmentation de l’albédo via une redistribution de l’énergie : utilisation de peinture réfléchissante par exemple, modification simple de la colorimétrie surfacique. Les incidences seraient également importantes pour réduire les effets d’ilots de chaleur urbains (conséquences sur le confort, limitation des risques sanitaires d’exposition aux épisodes caniculaires, réduction des consommations de climatisation etc.).

*

La définition et l’estimation d’indicateurs de la résilience auront besoin d’être réalisés afin de caractériser les évolutions potentielles du climat en termes de température de l’air (degrés jours chauds et froids), de radiation solaire et de nombres d’heures affichant une température supérieure à 28°C. Ainsi, les tendances à adopter dans les villes françaises face au changement climatique et ses impacts en termes de dérives de consommations d’énergie dans les bâtiments et pour le confort extérieur des espaces publics seront caractérisées pour deux scénarios climatiques B2 (modéré) et A2 (case le plus pessimiste).

*

Finalement, des méthodes, des outils ou un guide de bonnes pratiques devront être adressés aux autorités locales, aux décisionnaires et à la population. Sur le long terme, l’objectif sera de développer des outils pour préparer, adapter et concevoir des systèmes techniques et sociaux tels qu’ils pourront faire face, absorber et recouvrir les perturbations dues au changement climatique.

*

Le site web du projet ANR Resilis.

*

  • Type: _lab
  • État: Réalisé
  • Année: 2009
  • Ville: Paris
  • Client: Agence Nationale de la Recherche
  • Équipe: Egis, EIVP, C3ED, Fondaterra, Cemagre, Sogreah, Iosis Concept (Elioth)
  • Prestation: Recherche institutionnelle Programme Villes Durables