xxxx_Elioth_ClimElioth_2 1 / 4
xxx_Elioth_ClimElioth_1 2 / 4
xxxx_Elioth_ClimElioth_4 3 / 4
xxxx_Elioth_ClimElioth_3 4 / 4

xxxx_Elioth_ClimElioth_2

ClimElioth

Cet outil propriétaire développé depuis 5 ans, autorise des perspectives d’optimisation très intéressantes et de réactivité pour nos partenaires sur les enjeux énergétiques et de confort du bâti.

Originellement, le développement de Clim’Elioth a démarré en 2005 avec le souci de créer un outil de simulation thermique dynamique monozone qui soit simple, rapide et réactif. Les premières versions sont apparues en 2005.

Des outils plus performants et éprouvés sont utilisés dans l’équipe (Tas et IES notamment), mais leur utilisation ne permettait pas d’obtenir une approche énergétique et climatique globale du projet en un faible laps de temps, pourtant nécessaire dans les phases préliminaires de conception.

Clim’Elioth permet d’implémenter aisément l’ensemble des paramètres d’entrée du projet, d’effectuer un calcul rapide et de traiter de manière pertinente les résultats, dans le but de pouvoir apprécier les multiples solutions architecturales et techniques du projet d’un point de vue énergétique.

* * *

Le bâtiment ou la pièce à étudier est modélisé par une zone thermique à l’intérieur de laquelle nous considérerons la température de l’air comme homogène : il s’agit d’une simulation thermique dynamique monozone. Cette zone a une géométrie et une composition d’enveloppe qu’il s’agira de renseigner. Son utilisation et les conditions extérieures vont alors permettre à cette zone de gagner ou de céder de l’énergie. Ces variations seront alors comptabilisées heure par heure sur l’ensemble de l’année.

Dans Clim’Elioth, les échanges énergétiques pris en compte sont les suivants:

Les apports solaires : énergie issue du rayonnement solaire et perçue par la zone au travers des baies vitrées. A l’aide du fichier météorologique relatif à la localisation du bâti, nous pouvons en extraire la puissance du rayonnement solaire suivant chaque orientation et ce heure par heure. En connaissant la surface de chaque vitrage du bâtiment et son exposition, il est alors possible de calculer ces apports.

Les apports internes : énergie transmise à la zone par l’activité humaine, l’éclairage et les divers équipements électroniques tels que le parc informatique ou les appareils domestiques. Ceux-ci sont définis par leur puissance selon un scénario quotidien, hebdomadaire ou mensuel.

Les déperditions par les parois opaques et vitrées : énergie perçue ou dissipée entre la zone et le milieu extérieur au travers des parois opaques ou des baies vitrées. Ces échanges sont caractérisés par le coefficient de transfert thermique U de chaque paroi de la zone et de la surface associée, ainsi que de la différence de température entre l’air intérieur et l’air extérieur.

Les déperditions par renouvellement d’air : énergie perçue ou dissipée entre la zone et le milieu extérieur par les infiltrations, la ventilation mécanique ou la ventilation naturelle. Ces transferts énergétiques sont définis par le volume intérieur de la zone et son taux de renouvellement d’air global, ainsi que de la différence de température entre l’air intérieur et extérieur.

Les échanges inertiels : énergie reçue par les parois lourdes de la zone ou stockée dans celles-ci. L’inertie de la zone étudiée est considérée comme un bloc de béton à température homogène qui représente l’ensemble des parois lourdes de la zone, qu’elles soient verticales ou horizontales. Ce bloc, d’un certain volume, va alors échanger avec l’air intérieur au moyen d’un coefficient d’échange constant.

En effectuant le bilan de ces échanges de manière horaire, nous allons alors pouvoir déterminer à chaque pas de calcul la température de la zone ainsi que la quantité d’énergie à fournir pour atteindre la température de consigne voulue. En d’autres termes, nous obtenons ainsi la température de dérive de la zone ou les consommations de chauffage et de climatisation.

* * *

Le Clim’elioth autorise à la fois des comparaisons à l’échelle géographique d’une même typologie constructive (cf ci-dessous) .

Nous développons également des approches de résilience climatique en testant le comportement climatique et énergétique des bâtiments à échéance 2050-2100 (fichiers météo fabriqués par Elioth selon scenario A2 et B2 du GIEC) (plus d’infos ici)

* * *

Afin de rendre cet outil disponible à l’ensemble du groupe Egis, une version online, présentant des fonctionnalités allégées, a donc été créée.

Une déclinaison web est actuellement en cours de développement (visible ici)

Contactez _lab@elioth.fr pour en savoir plus.

  • Type: _lab
  • État: Réalisé
  • Année: 2005
  • Équipe: Elioth