description

Structures, Façades et Environnement, l’ensemble des expertises d’Elioth ont été mobilisées pour réaliser ce nouveau stade de Nice. Inauguré en septembre 2013, le stade de Nice, l’Allianz Riviera a été l’un des stades hôtes de l’Euro 2016. Aux côtés des partenaires de projet, Elioth a relevé les défis techniques de ce stade absolument innovant par sa géométrie, son choix de parti constructif et ses attendus environnementaux. C’est un projet phare en matière de développement durable et de performances techniques : structure mixte bois-acier avec une couverture en ETFE, la géothermie pour produire chaleur et fraîcheur, le recours massif à la ventilation naturelle et la mise en œuvre de la centrale photovoltaïque de près de 1400 kWc et d’une surface de 8 500 m².

La géométrie ondulante de la couverture du stade est donnée par la charpente. Pour la membrane qui la couvre, il ne s’agissait pas de créer des formes à double courbure de grande portée, mais plutôt de venir épouser au plus proche la forme de cette charpente et d’en souligner le tramage et la facettisation. Le matériau de la façade est transparent pour permettre le lien visuel entre l’intérieur du stade et la plaine du var. Son enveloppe dévoile l’activité du stade aux usagers de la plaine, et donne la lecture du paysage depuis ce promontoire que constituent le stade et ses coursives périphériques. La façade est constituée de panneaux en ETFE simple couche, porté par un réseau de câbles. Cette mise en œuvre innovante de l’ETFE, développée sur une surface de 25000 m², nous a conduits à puiser dans les ressources mécaniques du matériau. Une procédure d’ATEx a encadré la conduite de nombreux essais sur le matériau, comme par exemple des essais de traction bi-axiale pour caractériser finement les différents niveaux de fluage de l’ETFE.

La mise en œuvre d’une membrane sans courbure est un processus délicat, qui demande une maitrise des tolérances de pose pour assurer la bonne mise en tension de la toile. Pour permettre le réglage de la précontrainte, la fixation des panneaux sur la charpente se fait par un système de tiges filetées. Des bavettes d’étanchéité assurent ensuite le recouvrement des panneaux et sont insérées dans un profil de rive. En toiture, la transparence n’était pas un impératif. Au contraire il fallait protéger les spectateurs du soleil niçois, et c’est pourquoi nous avons mis en œuvre une toile en fibres de polyester enduite de PVC, plus opaque que l’ETFE. La toile se pose sur des arcs qui lui confèrent une double courbure : assez hauts pour assurer un fonctionnement efficace de la membrane, sans perturber la lecture globale de la forme de la toiture.

Le faitage de la toiture est couvert par des bacs en acier qui portent les panneaux photovoltaïques. Ici la couverture révèle ses fonctions techniques. Elle produit 1500 MWh par an, et permet la récupération de 16 000 m3 d’eau de pluie. L’ensemble dévoile un équipement moderne qui tire parti de son contexte et le met en scène. La réalisation du nouveau stade symbolise le développement de l’éco-vallée de la plaine du Var : respect de l’environnement et prouesse technologique sont compatibles, pour le plus grand plaisir de toutes les personnes impliquées dans la réalisation.

images

données

  • Ville : Nice
  • Client : Nice Eco Stadium (Groupement PPP Vinci)
  • Superficie : 45 000 m² de toiture (40 000 m² d’enveloppe, 50 m de porte-à-faux)
  • Budget : 150 M€
  • Equipe : VINCI Construction, Wilmotte & Associés, Egis Méditerranée, Egis Industrie et Elioth
  • Préstation : Conception de la structure de couverture et de l’enveloppe (phases concours à livraison)

localisation

43.704875, 7.192592