FR EN

Quartier Hebert

Ville : Paris
Client : Espaces ferroviaires
Equipe : Claire Schorter / Atelier Jacqueline Osty / Elioth / OGI
Superficie : 5.2 ha de surfaces amenagée / 40 000 m² avec une option à 65 000m²

Entre la porte de la Chapelle et la porte d’Aubervilliers dans le 18ème arrondissement de Paris, un tout nouveau quartier va progressivement sortir de terre et fera place à plus de 5 hectares d’espaces verts, de logements et de bureaux. Pour une meilleure intégration du quartier dans son environnement, une étude et des recommandations bioclimatiques ont été nécessaires…

40 000 m2 de bureaux, 50 000 m2 de logements, 10 000 m2 de commerces, un square de 4000 m2 et des espaces verts, mais aussi 4000 m2 dédiés à des équipements de formation, d’enseignement et une crèche… Telle est la carte d’identité du projet Hébert. Pour donner naissance à un tel projet de réaménagement urbain dans une zone jusque-là dédiée au stockage ferroviaire, et qui plus est devant s’inscrire dans les objectifs du Plan Climat de la ville de Paris, l’enjeu environnemental s’est imposé comme une priorité absolue. 

Expertise sollicitée

Les missions réalisées par Elioth sont les suivantes :
– L’élaboration du projet urbain avec prise en compte des contraintes environnementales
– L’étude de faisabilité potentiel de développement Energies Renouvelables
– L’étude bioclimatique
– L’évaluation de la qualité environnementale
– Le cahier de recommandations urbaines, paysagères, environnementales et architecturales
– Fiches de lot 
– Étude comparative E+C

L’ingénierie bioclimatique au service du projet urbain

Première étape : l’étude bioclimatique, autrement dit un carnet de bord qui explique comment fonctionne le quartier d’un point de vue bioclimatique. Nous avons étudié quels sont les comportements du quartier : couloirs de vent, ensoleillement, rayonnement direct, potentiel de gestion énergétique, possibles raccordements de chaleur, impact du projet sur le niveau de chaleur urbain, etc. Une fois cette étude réalisée, vient la seconde étape, celle de la rédaction du CRAUPE, ou « cahier de recommandations architecturales, urbaines, paysagères et environnementales ». Un document réalisé d’abord à l’échelle du quartier, puis décliné pour chaque lot, et ce, au regard du PLU et de l’étude bioclimatique qui le précède. Il en découle des fiches de lots qui serviront aux futurs promoteurs et architectes. Ces recommandations auront un impact direct sur la conception des logements et bâtiments visant un cadre de vie exemplaire.

Appartements en double exposition, toitures 100 % actives avec panneaux solaires, cours calmes et ombragées, façades bien exposées, protection contre les nuisances sonores, utilisation de matériaux de la filière sèche (bois, pierre, terre), locaux pour les modes de transports doux… Tout a été pensé pour que le projet Hébert devienne un quartier exemplaire. Il faudra attendre encore quelques mois pour la pose de la première pierre.

Herbert - Copyright LAQ

Crédits : LAQ

Discutez-en avec...

Lilo DOUZET

environnements.

Chargement...